bannière

bannière

mercredi 28 février 2018

Syndicalisme

C'est ça la riposte ?



Le gouvernement et la direction SNCF organisent une attaque de très grande ampleur contre les cheminot.es et le service public ferroviaire. Les fédérations syndicales, toutes, renchérissent dans les annonces : “grève d'un mois” pour la CGT, “grève reconductible” pour  SUD-Rail", “conflit majeur” pour l'UNSA, “grève illimitée à partir du 14 mars” pour la CFDT…

Mais finalement, après des heures passées en réunions diverses (entre elles, avec les patrons, avec le gouvernement…), aucune fédération ne prend la moindre initiative nouvelle !

De la nouvelle réunion interfédérale tenue le 27 février au soir, il ressort que :

Les fédérations appellent au 22 mars, mais seulement pour une manifestation à Paris, sans grève et elles déposent une Demande de concertation immédiate ; et d'ici là, elles se rendront aux nouvelles réunions organisées par la ministre ou par la direction SNCF. La routine en quelque sorte ! Personne n'appelle à la grève alors qu'il s'agit de la fin du Statut, de la privatisation du trafic voyageurs, de la fermeture de nombreuses lignes, etc. !

Seule décision concrète : se revoir le … 15 mars ! On est vraiment à côté de la plaque, au vu des enjeux !

Nous ne disons pas qu'il faut décréter la grève pour demain matin ; mais il faut l'organiser au lieu de tergiverser. Ne pas fixer une échéance claire, ne pas décider un appel ferme, ne pas mettre en avant des revendications unifiantes, c'est tout faire pour qu'elle n'ait pas lieu !

Prenons nos affaires en mains ! Dans chaque service, discutons des attaques et de la vraie riposte à mener. Utilisons nos outils syndicaux pour préparer et organiser la lutte : heures d'information syndicale, tournées et permanences syndicales doivent être les priorités du moment. Les réunions attendront ! Faisons connaître les réactions des équipes syndicales de base ! Multiplions les initiatives unitaires, partout où c'est possible … et ça l'est dans bien des cas, car à la base les militants et militantes ont conscience que ce qui se joue là ne se règlera pas par de gentilles négociations à froid.

Le Rail déchaîné
Blog rouge et noir du secteur ferroviaire

mardi 13 février 2018

Syndicalisme

LARGE VICTOIRE DES GRÉVISTES HEMERA - HOLIDAY INN




Après 111 jours de grève, un accord a été signé jeudi 8 février 2018 avec la direction de l’hôtel Holiday Inn de la Porte de Clichy. Les grévistes vont reprendre le travail, lundi 12 février, avec la fierté d’avoir tenu pendant près de 4 mois contre le géant mondial de l’hôtellerie pour défendre leur dignité et leurs droits.

Signé par les délégués des grévistes et les organisations syndicales CNT-SO et CGT-HPE, cet accord, outre qu’il permet la réintégration des deux salariées mutées abusivement, prévoit de nombreuses avancées sociales et salariales : le respect des accords acquis sur ce site ; le paiement des heures travaillées et le respect des contrats de travail ; deux jours consécutifs de repos hebdomadaire ; la disparition des contrats de moins de 130h mensuelles ; l’augmentation des qualifications, la suppression de la clause de mobilité ; le versement d’une prime de panier de 7,14EUR par jour travaillé ; l’intégration du temps d’habillage-déshabillage comme temps de travail.

La société HEMERA a, jusqu’au bout, tenté de faire échec à la négociation, refusant même de venir à la table des négociations.

Concernant la question centrale de la sous-traitance, ce n’est que partie remise. Si les grévistes ont refusé d’être « divisés » dans le cadre d’une internalisation partielle proposée par l’hôtel, une clause prévoit une négociation de l’internalisation pour tous, sous conditions de fréquentation avant le 31 août 2019.

Cette victoire historique dans la période actuelle de régression sociale (lois Macron, El Khomri, ordonnances Macron) a été possible par la détermination des grévistes et le large soutien syndical, politique et citoyen dont ils ont bénéficié. Nous remercions chaleureusement les camarades et organisations de tous bords ayant appuyé la lutte, notamment en participant à la caisse de grève.

La grève Holiday Inn fait date. Elle constitue un nouveau point d’appui pour les luttes à venir contre la sous-traitance, nouvelle forme d’esclavagisme moderne. Nous appelons l’ensemble des salariés du secteur à rejoindre leurs syndicats de combat, seule la lutte paie !


Vous pouvez toujours participer à la caisse de grève, pour couvrir les pertes de salaires du dernier mois : https://www.lepotcommun.fr/pot/0snu1eea


Ou directement à l’ordre de : CNT-SO du Nettoyage, mention soutien grévistes HEMERA. 4 rue de la Martinique 75018 PARIS.

Syndicat CNT-SO du nettoyage RP

A Paris, le 9 février 2018

Crédit photo : Pierrick Villette