bannière

bannière

lundi 20 février 2017

Cinéma

Projection de "1336, des hauts, débats mais debout"

discussion en présence du réalisateur et de membres des Fralibs


Mercredi 22 février 2017

19h 30 à la Casa Consolat 
1 rue Consolat Marseille 1°
 

Chaque dernier mercredi du mois, nous organisons une soirée ciné à la Casa Consolat. Ce mercredi 22 février 2017, à partir de 19H30, nous vous invitons pour la projection de : "1336 jours, des hauts, débats mais debout" en présence du réalisateur Claude Hirsh ainsi que de membres des Fralibs.

Voir la bande-annonce du film se trouve ICI
1336 jours, des hauts, débats mais debout : Un film de Claude Hirsh, 2015, 74’

Continuité du film Pot de thé, POT DE FER, la suite de la lutte des Fralib, depuis septembre 2011, l’annonce de l’occupation de l’usine jusqu’à juillet 2014, la fin du conflit. Lutte victorieuse contre la multinationale Unilever qui veut fermer cette usine de conditionnement de thés et infusions située à 10 km de Marseille. La lutte débouchera sur la mise en place d’une SCOP qui, dans ce cadre collectif, poursuivra et relancera la production...

Le film aborde différents aspects de la lutte par le point de vue de ses protagonistes : les aspects juridiques, les menées provocatrices d’Unilever, l’organisation de l’occupation, les actions de lutte et de solidarité multiples durant ce long conflit,... et donne corps et voix à cette ténacité ouvrière qui a permis la victoire finale...

Déroulement de la soirée :
Ouverture des portes à 19H30, projection, discussion et échanges avec le réalisateur et membres des Fralibs, repas proposé par l’équipe de la Casa Consolat et dégustation et vente de thés et tisanes 1336.

Événement Facebook de la soirée

Pour contacter la CNT 13 :
CNT STICS 13 c/o Mille Bâbord, 61 rue Consolat, 13001 Marseille
Mail : stics.13 chez cnt-f.org - Tel : 07 68 48 57 08 Site : ICI

mardi 7 février 2017

Solidarité

Rassemblement National contre le délit de solidarité


Jeudi 9 février 2017


18h à la Préfecture 
Place Félix Baret Marseille 6°



Pour en finir avec le délit de solidarité

Procès d’habitants de la vallée de la Roya « coupables » d’être venus en aide à des réfugié⋅e⋅s, avec la menace de lourdes sanctions. Mesures d’intimidation, poursuites - et parfois condamnations - de personnes ayant agi en soutien de migrant⋅e⋅s ou de Roms, à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne, à Loos, à Perpignan, à St-Etienne, à Meaux... On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est tenue pour un délit.

Il est clair que les autorités entendent faire plier les citoyennes et les citoyens qui n’adhèrent pas aux politiques de non accueil et de mise à l’écart des migrants, et qu’elles n’hésitent pas pour cela à les assimiler à ceux qui profitent de la vulnérabilité des exilé⋅e⋅s et les exploitent, passeurs et trafiquants en tout genre.

100 organisations associatives ou syndicales, nationales ou locales, publient un manifeste par lequel elles entendent dénoncer ces procédés. Dans les semaines qui viennent, elles mettront en œuvre toutes sortes d’actions afin que soient préservés le droit de regard, le droit de critique, le droit de s’opposer à des politiques qu’on désapprouve, le droit de se conduire autrement qu’en agent de politiques de fermeture : le droit d’agir en toute humanité.

Texte et signataires de l'appel national

jeudi 2 février 2017

Ecologie

Marche pour la santé publique et l’environnement
pour dénoncer la "BIOMASS’CARADE"
 


Dimanche 5 février 2017


10h30 Rassemblement sur l’esplanade de la mairie de Gardanne
11h30 Marche jusqu’à la centrale E.On/Uniper



Que nous soyons : Amoureux de la nature, sensibles à la protection de la biodiversité, inquiets du réchauffement climatique, randonneurs, grimpeurs, promeneurs, soucieux de la qualité de l’air que l’on respire, conscients que la forêt est une précieuse alliée,
protecteurs de la faune et de la flore locale ou mondiale, indignés par les projets inutiles et imposés, révoltés par les financements suspects qui surfent sur la vague verte...
NOUS AVONS TOUS UNE BONNE RAISON DE NOUS MOBILISER CONTRE

L’engouement général pour le « bois-énergie » faussement écologique, faussement durable, et faussement inoffensif.

ALORS, ENSEMBLE RENDONS-NOUS
LE DIMANCHE 5 FEVRIER A 10H30
DEVANT LA MAIRIE DE GARDANNE
POUR DENONCER LA "BIOMASS’CARADE"
dont LA MEGA-CENTRALE EON/UNIPER est le parfait exemple !

Avec 850 000 tonnes de bois brûlées par an, elle sera un acteur principal de la déforestation locale et mondiale, et participera massivement à la pollution atmosphérique.

Collectif de Vigilance Gaz de Gardanne - Pays d’Aix (CVGG)

Avec le soutien et la présence des associations et des collectifs :

Soutenu par : SOS forêts des Cévennes, Le collectif le Vigan Cévennes, La SAPN (Société Alpine de Protection de la Nature), CGT Forêt PACA, le LPO PACA, Le Snuffen , ATTAC 13, ATTAC Alès Cévennes  Le Collectif Climat Pays d'Aix, Alternatiba, Sauvons la Forêt, Réseau environnement Santé, Les Amis de la terre13,  CEPG, l'ADER, le collectif "Objectif-Transition", Le Collectif Littoral Marseille, Le Comité Santé Littoral Sud,Union Calanques du Littorral,  FERN, L'ALNP de Meyreuil, le CIQ des clapiers, L'ARPENT; Appel de la Forêt ; Cèze et Ganière ; Collectif Anti Gaz de Schiste 30 ; FNE13 ;  Forum Civique Européen ; FRAPNA Ardèche ; Oikos Kai Bios ; le R A F; Soupes et Bobines, Val d’Issole Environnement.