bannière

bannière

samedi 17 décembre 2016

Solidarité

Solidarité avec l’équipe de Mille Bâbords





Suite aux évènements qui se sont déroulés le vendredi 28 octobre 2016 à Mille Babôrds autour du débat intitulé «S’opposer au racialisme : discussion », Alternative Libertaire Marseille souhaite exprimer sa solidarité avec l'équipe de Mille Babords.

Ce lieu dont notre collectif est adhérent est un lieu ressource primordial pour les mouvements locaux d'émancipation. C'est un lieu ouvert et pluraliste dans lequel doivent pouvoir se tenir des débats polémiques, voir des joutes politiques enflammées, tant qu'elles restent verbales. Une intervention physique contre le local, ses adhérent-e-s ou son public comme il s'est produit le 28 octobre est par contre intolérable, et nous regrettons qu'elle ait été commise par des personnes qui a priori luttent elles aussi contre les dominations.

Nous considérons que Mille Bâbords n'est en aucun cas responsable des évènements et des dégâts qui ont eu lieu. Le sujet traité fait actuellement débat dans les mouvements de gauche, et c'est bien l'un des objectifs de Mille Bâbords que de proposer un espace pour en discuter. Et si jamais il y avait eu une erreur d'appréciation de l'équipe - que seule elle même peut juger a posteriori - sur les risques que présentait cette discussion, ou sur certaines positions qui pourraient y être défendues, il nous semble que certains « ratés » sont inhérents à la démarche qui est celle de Mille Bâbords depuis ses débuts, et ils doivent être discutés de façon sereine.

En l'occurrence, sur ce sujet précis du racialisme et de l’anti-racialisme, nous avons peu de connaissances sur le fond pour exprimer une opinion tranchée. Il nous semble y avoir certains excès des deux côtés, et un clivage malheureux dont les mouvements sociaux se passeraient bien, à l'heure où il y a déjà fort à faire avec le capitalisme et ses serviteurs gouvernementaux qui détruisent le monde. Le racisme et le colonialisme ont pris et prennent encore de nombreuses formes, et chacune peut appeler des analyses et des pratiques spécifiques pour y faire face. L'objectif reste néanmoins l'égalité et l'émancipation globale de toutes et tous.

Dans cette logique, Alternative Libertaire Marseille lutte contre toute forme de domination, et défend la complémentarité entre des dynamiques unitaires larges et l'auto-organisation des luttes, aussi longtemps qu'elles ne dérivent pas vers une forme de sectarisme. Nous défendons le dialogue entre les différents courants révolutionnaires et émancipateurs, et pensons que c'est par un travail collectif, respectueux de nos différences et spécificités, que nous pouvons faire avancer les idées et pratiques de changement social radical.


Alternative Libertaire Marseille, le 15 décembre 2016

jeudi 1 décembre 2016

International

Chroniques de Gaza

Causerie par Sarah Katz et Pierre Stambul


Samedi 3 décembre 2016

17h au CIRA
50 rue Consolat Marseille 1°


La Bande de Gaza n’est pas située sur la lune. Elle commence à 60 kilomètres de Tel-Aviv, la ville occidentale, vitrine de l’occupant. Qui se soucie des deux millions de Palestinien-ne-s enfermé-e-s depuis dix ans sur un minuscule territoire ? Pas la grande majorité des médias qui ignorent la bande de Gaza et contribuent souvent à la diffamer : « terroristes », « intégristes », « liste noire »…

Comment est-il possible qu’après trois grands massacres (Plomb Durci 2008-2009, Piliers de la Défense 2012, Bordure Protectrice 2014) qui ont tué plus de 4 000 personnes, en ont laissé handicapées plusieurs milliers, ont rendu inhabitables des quartiers ou des villages en provoquant l’exode de toute la population et ont pulvérisé en priorité l’appareil productif pour tenter de transformer définitivement les Gazaouis en assistés, tout continue comme avant ? Le blocus de Gaza est un crime ignoble. Gaza est une société normale dans une situation totalement anormale.

Nous avons pu séjourner à Gaza du 23 mai au 9 juin 2016 dans le cadre de la deuxième mission « Éducation et partage solidaire ». Notre tâche essentielle a été de recueillir un maximum d’informations et de témoignages dans tous les domaines : la vie quotidienne, les associations, les partis politiques, la religion, les agriculteurs, les pêcheurs, la société civile, la jeunesse, les Bédouins, le système éducatif… Auprès de nos amis proches, nous avons recensé les besoins les plus urgents en matière de collaboration ou de solidarité.

Si quelqu’un vous dit : « Les Palestiniens pensent que… », ne l’écoutez pas ! Vous constaterez que, dans cette cage, les avis, les réactions, les façons d’être ou de penser sont très diverses.
Si quelqu’un associe à Gaza le mot de terroriste, indignez-vous ! Ces stéréotypes sont criminels et contribuent à maintenir la cage fermée.

Sarah Katz a fait de nombreux séjours à Gaza dont un d’un an et demi (2012-2014).
Pierre Stambul est coprésident de l’Union juive française pour la paix.

Chroniques de Gaza : mai-juin 2016 par Sarah Katz et Pierre Stambul. Acratie, 2016. 93 pages. 10 euros. Ce livre sera disponible au CIRA le jour de la causerie.