bannière

bannière

mercredi 28 mai 2014

Salon du livre

Le samedi 31 mai et le dimanche 1 juin, Alternative Libertaire Marseille sera présente à la Fête du Livre du Verdon à Aups (83). Nous tiendrons une table de presse et participerons aux activités programmées lors de ce week-end. 

N'hésitez pas à passer nous voir pour découvrir nos éditions et à nous contacter à marseille@alternativelibertaire.org pour nous rencontrer ! 

Le programme du Week-end : http://www.fichier-pdf.fr/2014/05/15/programme-2014-de-la-fete-du-livre-du-verdon/

jeudi 22 mai 2014

Solidarité internationale

Rassemblement 

Pour dénoncer l’agression paramilitaire du Caracol zapatiste de La Realidad (Chiapas - Mexique)

Samedi 24 mai, 11H 

Devant le Consulat du Mexique à Marseille 
(place de l’Opéra 13001 dans le 1er arrondissement)

En réponse à l’agression paramilitaire qui, le 2 mai dernier, a tué un membre de la communauté zapatiste de
La Realidad, en a blessé 13 autres, et a détruit la clinique et l’école autonomes, une grande démonstration de solidarité et d’hommage au compagnon assassiné est organisée dans le monde entier ce même jour.
Il faut que les partis politiques au pouvoir au Mexique cessent de financer, de protéger, d’utiliser des groupes armés pour harceler et agresser violemment les communautés zapatistes afin d’en finir avec cette autonomie indigène qui les empêche de réaliser de juteux profits avec les ressources naturelles de leurs territoires.

Venez nombreux témoigner de votre solidarité
avec cette vraie alternative au capitalisme et
à la corruption étatique


Si vous le pouvez, apportez des pancartes exprimant votre indignation, vos exigences, votre soutien.

Mut Vitz 13

vendredi 16 mai 2014

CRAC 13

Les réformes Unedic, questionnons le chômage…


Réunion Débat
 
le 20 mai à 19h.
 
Mille Babords 67 rue Consolat Marseille 1er

C’est le systéme économique dans lequel nous vivons qui crée le chômage :


Il y a en France 5 millions de chômeurs et de précaires. Pourquoi autant de personnes sans emploi ? Dans certains quartiers de Marseille 25% des gens sont au chômage, en Espagne c’est 25% de la population, pareil en Grèce et ailleurs en Europe. Que de gaspillages, de destruction des richesses et de cynisme.
S’il est difficile de tout expliquer en un seul texte, il est clair que le chômage est une conséquence de la volonté partagée de l’État, des patrons et du système capitaliste de faire travailler les ouvrier-es au moindre coût, afin d’augmenter leurs profits. Actuellement déjà l’ensemble du travail et des richesses produites ne sont pas rénumérés. Les ouvriers de Fralib ont démontré qu’ avec 4 heures de travail par jour, il y a assez d’argent pour faire tourner l’usine et payer les salaires, tout le reste est du travail bénévole pour les patrons et les actionnaires.
Étant donné que cette volonté s’étend au niveau mondial, leur cynisme rationnel fait le choix de la mécanisation et de la délocalisation afin de supprimer ou de réduire au maximum le coût (salaires) de la main d’œuvre. La misère de là-bas justifie la précarité d’ici. Les fralib en sont un exemple criant dans la région, fermeture ici pour produire en Pologne, moins cher, un produit de moindre qualité (16g de thé au lieu de 20g par sachet). Inversement : « les ouvriers déplacés », venus de Pologne et de Roumanie, font un chantier international à Cadarache ; les ouvriers agricoles venus d’Équateur via l’Espagne sont payés 4 à 5 euros de l’heure en France. Conséquences en chaîne, baisse des salaires généralisée au nom de la compétitivité, perte d’acquis sociaux, précarité, chômage avec son lot de misères, d’insecurité sociale, de division entre les chômeurs et les salariés… Situation froidement exploitée par des courants d’extrême droite, nationalistes et réactionnaires. Ce ne sont pas les plus touchés par la précarité, les jeunes, les immigrés, les femmes, qui sont la cause du chômage mais bien le système capitaliste.

mardi 6 mai 2014

Solidarité

Le 19 janvier dernier, le CAL Marseille avait organisé un concert de soutien aux inculpé-e-s de Villa Francia au Chili, interpellé-e-s au cours de la commémoration des 40 ans du Coup d'Etat et victimes d'un montage judiciaire. 

L'agent récolté lors du concert a été envoyé au Chili pour participer à la caisse de soutien des inculpé-e-s. Mauricio Soto, un des 14 inculpé-e-s, ancien militant de la Fédération Communiste Libertaire (aujourd'hui dissoute), est notre principal contact sur place. Suite aux différents échanges que nous avons eu avec lui pour organiser leur soutien, il nous écrit pour nous donner des informations sur l'avancée de la procédure judiciaire, mais aussi sur son implication militante en tant qu'anarchiste et syndicaliste, au niveau local ainsi qu'au niveau national où se profile la reconstruction d'une nouvelle organisation libertaire "spécifiste". 
Nous reproduisons ici sa lettre, traduite en français par nos soins. 


Camarades de Marseille,
Comme nous en avons discuté avec le camarade qui est venu me voir chez moi, l'instruction judiciaire est toujours en cours. Après avoir été détenu le 11 septembre dans le quartier où je vis, Villa Francia, au cours d'une journée de manifestation à l'occasion des 40 ans du coup d’État, la justice nous accuse (moi et 13 autres jeunes) des faits suivants : “trouble à l'ordre public et port d'objets inflammables”. Le procureur demande une peine de 3 ans et un jour de prison. Pendant le temps de l'investigation nous avons passé 3 mois en assignation à résidence totale et un mois en assignation à résidence de nuit (de 22 h à 5h). Aujourd'hui nous sommes dans l'obligation de pointer mensuellement au commissariat, soumis à l'interdiction de sortie du territoire et de participer à des marches et manifestations. Jusqu'ici les seules “preuves” que possède la justice sont un jeu de photographies de cocktels molotov fabriqués par la police dans le commissariat, des vêtements noirs ramassés dans la rue et les déclarations des carabiniers qui nous ont détenu-e-s. Le 14 mai se tiendra l'audience de préparation du procès, lors de laquelle le procureur présentera ses “preuves” et juge donnera la date définitive du procès. Dans les jours qui viennent nous nous réunirons donc avec nos avocats de la Defensoria Popular1 pour prépare notre défense, et j'aurai alors plus de détails sur la question.

En ce qui me concerne, je participe en ce moment activement au syndicat de l'usine dans laquelle je travaille (Centrovet-Virbac), qui vient de sortir victorieux de la première négociation collective et compte environ 180 adhérents malgré le harcèlement, les menaces, les pratiques antisyndicales récurrentes et la persécution venant de la gérance de l'entreprise.

Aux côtés de nombreux et nombreuses camarades présent-e-s au niveau national nous nous efforçons de reconstruire une nouvelle organisation libertaire “spécifiste” suite à la crise du mouvement libertaire et de ses diverses expressions politico-sociales, du fait du tournant institutionnel qu'a pris une partie importante du mouvement. Je fais toujours partie du comité éditorial du Journal Communiste Libertaire “Solidaridad” et je suis sur le point de publier le premier livre de mon projet éditorial “Pensée et Bataille”, qui a pour but de diffuser les livres de Fontenis, Balius, Öcalan, Berneri, Makhno, Bakounine et bien d'autres.

Enfin, je vous remercie de tout cœur pour votre solidarité et votre intérêt, et n'hésitez pas à m'écrire pour toute question ou interrogation. De plus, si le procès se passe bien et que nous sommes relaxé-e-s, je serai de passage par Marseille en mars de l'année prochaine, et nous aurons donc l'occasion de discuter plus posément.

Salud y Revolución Social

Arriba las y los que Luchan
Mauricio Soto


1Organisme de Droits de l'Homme créé en 2008 par un groupe de juristes pour se défendre contre la répression perpétuée par l’État.