bannière

bannière

dimanche 30 octobre 2011

Halte à la répression coloniale de l’Etat français à Mayotte

Depuis maintenant près de trois semaines, un mouvement social populaire contre la vie chère secoue l’île. Une grève générale bloque l’économie du pays et des manifestations ont lieu tous les jours depuis le 27 septembre. Ce mouvement fait suite à la départementalisation de l’île pour laquelle la population avait majoritairement voté croyant ainsi améliorer son niveau de vie. Or ces réformes n’ont pas amélioré les salaires, ni l’accès aux prestations sociales, puisqu’en réalité le gouvernement compte étaler son plan de mise à niveau sur une bonne dizaine d’années. Elles n’ont pas non plus remédié à la hausse des prix (60% entre 2007 et 2011), organisée par une poignées de leaders de la distribution en situation de quasi monopole. En revanche, la départementalisation a permis un déploiement sécuritaire massif et coûteux visant à empêcher tout déplacement du reste des Comores vers Mayotte.

Face aux revendications du peuple mahorais, l’État français a répondu par la violence et le mépris en renforçant les troupes de gendarmes mobiles et le nombre des blindés. L’envoi d’un médiateur pour rencontrer l’intersyndicale s’est soldé par un échec le 24 octobre. Le mercredi 19 octobre, un manifestant est mort après avoir reçu un tir de flash Ball et un enfant de 9 ans a été grièvement blessé.

Alternative libertaire soutient le mouvement social de Mayotte face à la politique coloniale du gouvernement français et au silence presque total des médias.

Alternative libertaire, le 27 octobre 2011

mercredi 28 septembre 2011

Solidarité avec les libertaires russes face à la répression d’Etat

La répression à l’égard des libertaires a encore frappé en Russie.  

Koutouzov Andrey, militant libertaire membre du mouvement « Action Autonome » (AD) a été condamné à deux ans de prison avec sursis par la justice russe pour une affaire d’extrémisme inventée de toutes pièces puis licencié par l’Université où il enseignait pour « faute morale ». Le mouvement libertaire AD, ainsi que l’ensemble des opposant-e-s de gauche en Russie, sont l’objet d’une répression féroce de la part du régime et sont en plus la cible des attaques de l’extrême droite, ce qui a occasionné la mort de plusieurs militant-e-s ces dernières années. Alternative libertaire apporte tout son soutien à Andrey et aux libertaires russes face à la répression. A l’heure où Poutine prétend se représenter à l’élection présidentielle russe, nous nous élevons contre ce pouvoir liberticide et corrompu qui empêche les manifestations d’opposition les plus élémentaires.

Alternative libertaire, le 28 septembre 2011

dimanche 18 septembre 2011

Objectrices de conscience israéliennes : Les raisons de leur refus

Filles, garçons de 18 à 20 ans, Israéliens, ils disent non à l’occupation de la Palestine. Quand ils ou elles (les filles doivent aussi faire leur service militaire en Israël) sont appelés à accomplir leur service militaire, ils refusent. Ce refus peut entraîner la prison pour eux.

Depuis plus de 5 ans le COT, relaie via son site (www.cot81.com), les actions de soutien aux objectrices et objecteurs Israéliens emprisonnés. Le COT a décidé cette année, d’inviter deux de ces jeunes Israéliennes en France au mois de septembre 2011 pour leur permettre de témoigner. Ces deux  jeunes adultes ont payé par la prison la fidélité à leurs convictions pacifistes.  Elles dénoncent la militarisation de la société israélienne en général et celle de l’éducation en particulier. Elles s’opposent aussi à l’occupation de la Palestine par l’armée israélienne. Bien que minoritaires, ces jeunes sont porteurs d’un message d’espoir qu’il est important d’écouter et faire connaître.

Mercredi 21 septembre, Marseille,  20h30
à Mille Bâbords » , 61 rue Consolat 1er arr (métro Réformés)

Idan Halilili, Sahar Vardi sont les intervenantes de cette tournée :

Idan Halili (24 ans) a été la première femme objectrice emprisonnée en Israël en 2005 pour convictions féministes. Elle milite au sein de l’association « New profile », organisation antimilitariste et féministe et dans une association pour les réfugiés et les sans papiers.

Sahar Vardi (20 ans), est signataire de la lettre 2008 des lycéens de terminale opposés à l’occupation de la Palestine. (shministins), elle a été la première de ce mouvement à être emprisonnée quand elle a refusé de rejoindre l’armée Elle aussi est membre de « New profile ». Elle participe aux actions des anarchistes contre le mur, au comité israélien contre la destruction des maisons palestiniennes, au mouvement de solidarité Shiefkh Jarrah et à Ta’ayush, mouvement d’Israéliens et de Palestiniens oeuvrant ensemble à la fin de l’occupation israélienne et voulant réaliser l’égalité civile pleine et complète par l’action directe civile non-violente.

Tournée en France d’objectrices de conscience Israéliennes, du 9 au 30 septembre 2011 organisée par le Collectif des Objectrices et objecteurs Tarnais (Collectif Tarnais de réflexion et d’action contre  la militarisation de la société, membre de l’Internationale des Résistants à la Guerre).

Soutenu par : Alternative Libertaire, Femmes en Noir, Libre Pensée Autonome – Les Amis d’André Arru, Nouveau Parti Anticapitaliste, Union Juive Française pour la Paix, Union Pacifiste.

mercredi 8 juin 2011

AL de juin est en kiosque !

Edito
Pleins Feux
- Politiques migratoires : Big Brother à l’Olympe
- Racisme et discrimination : les luttes en cours
- Migrants tunisiens à Paris : La chasse aux harragas
Luttes
- Santé - social : « Notre santé en danger » tente l’unité
- Loi Bachelot : Les Yvelines aux avant-postes
- Hôpital public : Une mort sur ordonnance
- Antipatriarcat : Avant qu’elle ne hurle « non ! »
- Criminalisation politique : Aurore Martin - répression sans frontières
- Jussieu : PPP - pertes et profits à Paris VII
- Enseignement supérieur : Licence to kill à l’Université
- Dico antitechnocratique : Qu’est-ce que la technocratie ?
Syndicalisme
- Confédération paysanne : Vers un repli corporatiste
- Chroniques du travial aliéné : « c’est un flux continuel de misère »
Dossier spécial : Les vingt printemps d’Alternative libertaire
- Histoire d’AL
- Quelques jalons
- Avant AL : L’UTCL -de la tendance au réseau
International
- Blocus de Gaza : Les Gazaouis continuent d’attendre
- Maroc : Le mai rampant marocain
- Interview : De la saudade à la précarité
- Violences au Mexique : Tactique anti-narcotique
- Espagne : La jeunesse est dans la place
Ecologie
- Golfe du Mexique : Un an après la marée noire
- Gaz de schiste : Forages et copinages
- Travailleurs précaires : Les sacrifiés du nucléaire
Culture
- Dans les revues : Dissidences, l’art comme résistance
- Sociologie : Travailleurs, vos papiers !, de Iana Mar
- Chronique : Démanteler le capital ou être broyés de Tom Thomas
- Venezuela, révolution ou spectacle ? de Rafael Uzcategui
- Résister à la chaîne. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue de C. Corouge et M. Pialoux
- Classiques de la subversion : Frantz Fanon, Les damnés de la terre

Vous pouvez le trouver dans les kiosques suivants :
1 Place Castellane 13006 Marseille
29 Quai des Belges 13001 Marseille
Rue Saint Pierre C.H.U. La Timone 13005 Marseille
83 La Canebière 13001 Marseille
62 La Canebière 13001 Marseille
17 Cours Belsunce 13001 Marseille
30 Quai du Port 13002 Marseille
18 Rue de la République 13001 Marseille
6 Square Stalingrad 13001 Marseille
27 Place Sébastopol 13004 Marseille

Dans les librairies suivantes :
L’Odeur du temps 35 rue Pavillon 13001 Marseille

Et auprès des militantes et des militants d'Alternative Libertaire :
Permanence mensuelle tous les seconds lundi du mois de 17 à 18 heures à Mille Bâbords 61 rue Consolat 13001 Marseille.
Ce mois-ci : lundi 13 juin 2011

lundi 6 juin 2011

Décès de Larry Portis

C'est avec une immense tristesse que nous apprenons la mort de notre ami et camarade Larry Portis.
Larry Portis, ancien professeur à l’université de Montpellier, étasunien et auteur de plusieurs ouvrages d’histoire sur le syndicalisme et le fascisme est décédé samedi dernier d'un infarctus foudroyant.

Alternative Libertaire Marseille présente ses condoléances à sa famille et à ses proches, Larry restera pour nous un auteur de grand talent disparu trop tôt.

vendredi 3 juin 2011

NON à la répression, OUI à la démocratie

Rassemblement de soutien et solidarité
 
Dimanche 5 juin 2011 à 15 h 30 aux Mobiles, puis marche vers le consulat du Maroc juste à côté.



Maroc : Non à la répression, oui à la démocratie

En réprimant violemment, depuis le 22 mai dans plusieurs villes et villages du Maroc, les manifestations pacifiques du Mouvement du 20 février, le pouvoir marocain a montré son incapacité organique à répondre autrement que par la force, la violence, le mépris et la répression aux revendications de la jeunesse et au-delà, aux aspirations de tout un peuple à la liberté, la dignité, la justice sociale et la démocratie.
Alors que le discours officiel de l’État fait grand étalage de son « processus de réformes » et parle au plus haut niveau de sa volonté de répondre aux attentes des Marocains, les forces de répression n’hésitent pas à réprimer violemment les manifestants, à procéder à des arrestations et même à des enlèvements dans les rangs des syndicalistes, des militants des droits de l’Homme, des acteurs associatifs et des opposants à sa « cuisine constitutionnelle ».
Comment donner foi et crédibilité à ce discours, alors que la répression s’abat sur le mouvement du 20 février dont les revendications sont le fondement même d’une véritable construction démocratique :
- Instauration d’une constitution démocratique dans son mode d’élaboration, dans son contenu et dans son mode d’adoption et qui garantit notamment une réelle séparation des pouvoirs et une justice indépendante.
- Amélioration des conditions et de la qualité de vie de la population en matière d’emploi, de santé, d’éducation et de services publiques, ainsi qu’une juste répartition des richesses.
- L’arrêt de la corruption, de l’oppression et de la hogra qui gangrènent la société à tous les niveaux, ainsi que la traduction des responsables de cette situation devant une justice indépendante et non aux ordres.
En s’inspirant de l’esprit et des objectifs de ce mouvement et en refusant de rester à l’écart de sa dynamique, nous déclarons lui apporter tout notre soutien et appui afin que le Maroc soit doté d’institutions démocratiques émanant de la volonté populaire.
Dans ce sens, nous exigeons que les citoyen(ne)s marocain(e)s à l’étranger soient pleinement associé(e)s et de la manière la plus active aux choix fondamentaux du pays et à la définition de leur cadre d’avenir afin que soient garantis constitutionnellement leurs droits fondamentaux

Comité de Soutien au Mouvement Marocain du 20 février
 
Soutenu par : ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins en France) - RAP (Rassemblement pour une Algérie Progressiste) - PIR (Parti des Indigènes de la République) - Collectif Solidarité Maghreb - Aix Solidarité - Les Alternatifs - Alternative Libertaire Marseille - association Zari pour la promotion de la culture amazighe à Marseille - LDH 13 - FASE-13 (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique) - ANPNPA-13 (Association des Pieds Noirs Progressistes et leurs Amis) - NPA 13 - Solidarité Jasmin Marseille …

lundi 30 mai 2011

Solidarité et régularisation !

Face au traitement indigne infligé aux migrants issus des pays en révolution au sud de la Méditerranée et arrivés récemment à Marseille via l’Italie : Solidarité et régularisation !

La situation d’incertitude créée par le soulèvement populaire en Tunisie et la rupture du fragile équilibre économique et sociale de la bande frontalière avec la Libye d’où arrivaient par centaines de milliers des réfugiés fuyant la guerre, ont poussé des milliers de jeunes Tunisiens originaires de cette région à traverser par des moyens de fortune la Méditerranée.

En France, beaucoup sont interpellés et renvoyés vers l’Italie (même ceux possédant une autorisation provisoire de séjour «  Schengen » délivrée à titre humanitaire par Rome). D’autres errent aujourd’hui dans les rues et les squares des grandes villes de France, dont Marseille depuis fin avril.

Le soutien d’urgence que leur apportent associations et collectifs, l’entraide communautaire et citoyenne ne suffisent évidemment pas.

Nous refusons l’instrumentalisation idéologique et politique de cette situation et en appelons au gouvernement français pour qu’il adopte des solutions à la hauteur des enjeux. Nous sommes en droit d’attendre de notre pays une autre réponse, digne et responsable.

Nous demandons en urgence à l’administration préfectorale :

- l’arrêt immédiat des rafles et violences policières et la libération des personnes arrêtées,

- l’examen en urgence, avec les associations compétentes, de solutions d’accueil dignes (hébergement, santé, alimentation, hygiène, sécurité…),

- la délivrance d’une carte de séjour à titre exceptionnel eu égard aux situations politiques et économiques encore difficiles dans leurs pays d’origine.

Nous appelons les associations, syndicats, collectifs, organisations politiques et l’ensemble des citoyens à la mobilisation générale pour permettre accueil et solidarité respectant la dignité des migrants.
Notamment en interpellant les collectivités locales (mairie de Marseille, Conseil général, Conseil régional) afin qu’elles prennent, elles aussi, leurs responsabilités.

Nous soutenons les processus démocratiques en cours. Ils ne peuvent être séparés de la fondation de rapports internationaux plus justes et plus équilibrés, basés sur une égalité des droits des individus et des peuples à la liberté, à une vie digne et indépendante ainsi qu’à des droits égaux à la liberté de circulation.

RASSEMBLEMENT MARDI 31 MAI à 18h30
devant la préfecture (place Félix Barret)

Collectif marseillais « Solidarité Migrants Méditerranée »


Premiers signataires : Association des Tunisiens de France, Les Alternatifs, Alternative Libertaire, ATMF, CGT Educ’action, Collectif Solidarité Maghreb, FTCR, FSU, LDH, NPA, PCF, RESF…

mercredi 25 mai 2011

Espagne, la CGT avec la rébellion dans les rues…

La Confédération Générale du Travail (CGT) se réjouit de la mobilisation soutenue des assemblées et campements citoyens surgie du 15 mai. Elle sont la démonstration que l’auto-organisation à partir d’en bas non seulement est possible, mais qu’elle est le meilleur chemin pour réclamer les rues et les places publiques comme lieux de débat et de libre expression, pour réfléchir nombreux à d’autres formes non capitalistes d’organiser la société, pour réveiller les consciences endormies, pour tâcher de faire tomber les murs d’un système corrompu, caduc et extrêmement injuste et inégal.
À la CGT, nous ne croyons pas que la lutte politique des partis et des élections soit l’outil à utiliser, entre autres choses parce qu’elle se transforme en un but en soi, et au contraire nous croyons à l’organisation sociale, aux connexions entre les réseaux sociaux, à la démocratie directe et participative, à l’organisation horizontale, fédérative et assembléiste de la société.
La CGT unit sa voix aux dizaines de milliers de voix indignées qui crient « Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiciens et des banquiers » ; mais nous savons aussi que l’indignation doit se transformer en rébellion et en organisation contre les vrais coupables de la crise, ces mêmes élites politiques et économiques qui s’enrichissent au prix d’un travail précarisé et sans droits, au prix de la privatisation et du démantèlement des services publics, au prix de la détérioration de l’environnement, au prix de la répression de toute dissidence, au prix de l’abandon de la jeunesse à un avenir d’exploitation dans un travail sans droits sociaux.
C’est pourquoi le syndicat CGT encourage et soutient le fait d’être dans la rue avec les Assemblées Citoyennes. Aucun gouvernement, aucun Conseil Électoral Central, ne pourra interdire ni intimider la juste rage qui s’étend dans notre pays et dans le monde et l’empêcher de s’exprimer librement demain samedi, et les jours suivants, dans un acte authentique de réflexion sociale et collective qui va bien au delà d’élections politiques municipales ou autonomiques [régionales].

Secrétariat permanent du Comité confédéral de la CGT.

samedi 21 mai 2011

Le journal Alternative libertaire est en danger... et a besoin de soutiens !

Si nous ne trouvons pas rapidement de nombreux soutiens financiers d'ici fin mai, le journal Alternative Libertaire (AL) risque de quitter les kiosques.

Pourquoi ?
AL était distribué en kiosque par les NMPP, une coopérative. Sauf que le capitalisme s'attaque à tout en ce moment : les NMPP sont devenues "Presstalis", la coopérative est devenue entreprise, les tarifs ont changé.
Là où il y avait obligation de distribuer la presse politique et où le principe de mutualisation prévalait, il y a maintenant une  grille tarifaire qui asphyxie la presse de petit tirage. Pour le même nombre de journaux vendus, Presstalis nous réclame de l'argent là où les NMPP nous en reversait.
D'un journal à l'équilibre, il devient déficitaire. Le coût est tel que nous envisageons sérieusement de nous retirer des kiosques.
Ce retrait ne serait pas une bonne nouvelle. AL est distribué dans des milliers de kiosques et est parfois le seul journal militant qu'on y trouve. Le journal est un outil important pour toucher du monde dans des endroits où il n'y a pas forcément de groupe militants constitués. C'est un outil d'information et de débat politique important. Et tout le monde n'a pas accès à internet...

Que faire pour nous aider ?

Il est possible de faire un abonnement de soutien en passant par les Ami-e-s d'AL. Nous avons eu pas mal de promesses, mais qui ne se concrétisent pas forcément. Or, pour nous, l'échéance c'est début juin. Sans augmentation conséquente du nombre d'Ami-e-s d'ici là, nous serons amené-e-s à trouver une solution forcément déplaisante.

Comment faire pour souscrire aux Ami-e-s ?
Il y a 2 types de souscriptions :
- 
la souscription permanente : Chaque mois, 5 euros + ce que tu veux (1, 5, 10, ou plus si possible). En devenant Ami-e d’AL, tu participes à une souscription permanente, en versant chaque mois une somme minimale. Même modeste, ce sera un coup de pouce précieux. Nous t’invitons à verser une somme régulière par virement automatique mensuel. Cette formule est la plus simple à gérer, pour toi comme pour nous, sans pour autant être contraignante. Elle permet d’établir un soutien dans la durée. Pour cela, remplis la feuille de virement automatique et joins un RIB ou un RIP, avec ton bulletin d’adhésion (en pièce jointe).
- L’adhésion annuelle : Un chèque d’un montant de 25 euros + ce que tu veux (1, 5, 10, ou plus si  possible). Chèque à l’ordre d’Alternative Libertaire. Tu es adhérent-e aux Ami-e-s d’AL pour un an à compter de la date d’encaissement du chèque et tu recevras 11 numéros du journal. 

Le tout est à envoyer à :  Alternative libertaire  /  BP 295  /  75921 PARIS Cedex 19 
Il est possible de passer directement par un-e camarade d'AL de ta connaissance...

jeudi 28 avril 2011

Pour un 1er mai anticapitaliste et internationaliste

Manifestation à 10 h 30 au Vieux-Port arrivée Porte d’Aix

Pour un 1er mai anticapitaliste et internationaliste, pour affirmer une alternative révolutionnaire, rejoignez le cortège libertaire unitaire.

Face aux reculs sociaux, aux mesures liberticides, à la montée actuelle du racisme et du fascisme en France et ailleurs, il est important de réaffirmer notre combat pour une société de femmes et d’hommes libres et égaux, pour l’égalité économique et sociale, pour la libre circulation des individus, pour l’égalité des sexes et contre toutes les discriminations racistes, sexistes, homophobes,…

Aussi, nous vous invitons à venir nous rejoindre ce dimanche 1er mai, à 10 heures métro Vieux Port sortie place Gabriel Péri (entre l’église Saint Féréol et le club Pernod) pour constituer le cortège libertaire unitaire qui défilera après les cortèges syndicaux.

A la fin de la manifestation les diverses composantes du cortège libertaire tiendrons tables de presse et stands où se restaurer, à la sardinade de la Plaine, place Jean Jaurès.

mercredi 27 avril 2011

Rassemblement de solidarité avec le Peuple Syrien en lutte

Depuis près de quatre semaines des régions entières de la Syrie sont secouées par des insurrections populaires de très grande ampleur. Les motifs sont similaires à ceux qui ont poussé les peuples d’Afrique du Nord et du Moyen Orient à se soulever : une misère sociale qui côtoie des richesses indécentes, un pouvoir despotique qui se lègue de père en fils et une absence totale de liberté d’expression.
A l’instar des autres régimes autoritaires face au soulèvement populaires en cours, le pouvoir de Bachar Al Assad répond par la mitrailleuse lourde, le char, le cri au complot ourdi de l’étranger et un discours annoncé en grande pompe comme le prélude à un changement historique du régime mais qui fut une pale copie de tout ce que les despotes, mis en difficulté par leurs peuples, ont débité depuis près de quatre mois. Profitant de la situation des grands médias et de l’opinion internationale occupés par l’intervention de l’OTAN en Libye, le pouvoir syrien tente de maintenir l’héroïque résistance de son peuple dans l’isolement et l’indifférence et continue à exercer une répression féroce contre les insurgés, faisant plus quatre cent morts.

- Pour dénoncer la terrible répression qui s’abat sur le peuple syrien
- Pour empêcher que la répression ne se fasse dans l’indifférence
- Pour dire publiquement HALTE AU BAIN DE SANG

Le collectif Solidarité Maghreb appelle à une rassemblement le
Vendredi 6 mai 2011 à 18h30
Aux Mobiles (haut de la Canebière) Marseille

Collectif Solidarité Maghreb 
Contact : solidarite.maghreb@gmail.com Tel : 06.33.04.55.91

Vous voulez vous informer sur l’évolution des lutes en cours en Afrique du Nord et au Moyen Orient ?
Écoutez l’émission du CSM : « Échos des luttes  » tous les lundis de 16h à 17h sur Radio Galère 88.4 fm (http://www.radiogalere.org)

jeudi 21 avril 2011

Rassemblement de soutien à Mumia Abu-Jamal

Rassemblement le samedi 23 avril 2011, de 16 à 17 heures devant le Consulat des États-Unis, Boulevard Paul Peytral (métro Préfecture) à Marseille.

Joyeux anniversaire ! 57 ans dont 29 passés dans le couloir de la mort…
Mumia Abu-Jamal aura 57 ans le 24 avril prochain dont 29 passés dans le couloir de la mort de Pennsylvanie.
A cette occasion, le Comité de soutien de Marseille vous invite à se rassembler devant le Consulat des Etats-Unis Bd Paul Peytral (Préfecture)
Boulevard Mumia Abu Jamal
Le rituel veut que l’on renomme symboliquement le Bd Paul Peytral en
Boulevard Mumia Abu-Jamal (ce sera à 17 heures).
A Paris, un rassemblement est prévu mercredi 20 avril 2011 à 18 heures angle rue de Rivoli / Jardin des Tuileries.


et pour continuer de montrer notre solidarité à Mumia et le faire savoir aux autorités de Pennsylvanie…
Nous relayons l’initiative du Collectif Unitaire National
Campagne cartes postale pour Mumia :
Une carte d’anniversaire avec cette mention « Happy birthday Mumia, Freedom now ». Vous pouvez la compléter à votre guise, en anglais ou en français.
Pour ce faire, mettre la carte sous enveloppe avec vos coordonnées au dos (nom, prénom, adresse + France), l’affranchir avec un timbre de 0,85 € et l’envoyer à l’adresse ci-dessous (en respectant la disposition et le nombre de lignes) :
Mumia Abu-Jamal
Am # 8335
Sci Greene
175 Progress Drive
Waynesburg PA
15370 8090
USA

Comité de Soutien à Mumia Abu-Jamal de Marseille
Tél/fax : 04 91 42 98 47  
mumia.marseille@free.fr
www.mumialibre.over-blog.com

mardi 5 avril 2011

Les victimes des « grands coups portés aux FARC » sont encore les peuples indigènes

Pour les enfants massacrés dans le Nord du Cauca
Nos plus sincères et regrettés sentiments d’horreur et de douleur devant ces faits. Nous crions notre refus à ces camps en guerre, à ceux qui tirent et à ceux qui ordonnent, d’où qu’ils viennent. Notre répugnance parce que cette terreur et cette guerre sont pour le Capital qui maintenant massacre vilement des enfants pour voler le territoire et ceux qui disent lui résister, les FARC, qui l’aident à tuer, à déprécier la vie en constituant l’autre camp afin d’éliminer les peuples. Nous avons mal pour les communautés, les familles, les mères, sœurs, toute la communauté. Nous avons mal. Nous appelons depuis notre douleur à ne pas permettre que ce massacre soit vain, qu’il se convertisse en une dénonciation de plus. Que se lève ce peuple depuis la base, tout le Territoire du Grand Peuple (Cxhab Wala Kiwe) et mette toutes ses capacités et ses ressources pour résister à un système qui massacre, dépouille, achète, envahit et trompe pour s’enrichir. Chaque mort est un villageois, une villageoise en moins. Chaque assassiné, pousse à se passer de la dénonciation et avaler la douleur. Ils viennent voler la culture, le territoire, le processus. Ils viennent avec des balles, avec des projets, avec des marchés. Ils viennent privatiser l’eau, la terre, les mines. Ils viennent convertir le travail des gens en main-d’œuvre pour les méga-projets. Ils viennent à convertir les enfants morts en chiffres qui justifient de l’argent pour les projets. Ils convertissent en marchandise la douleur.

lundi 14 mars 2011

A vos Agendas! Débat !!!!!

Nous vous invitons à débattre autour du livre de Larry Portis  
Qu’est-ce que le Fascisme
L'auteur connu pour ses livres Les classes sociales en France : un débat inachevé (1789-1989) IWW et syndicalisme révolutionnaire aux États-Unis et Histoire du fascisme aux États-Unis sera présent pour introduire et animer le débat.
Dans une période ou le fascisme redevient menaçant, il nous semble essentiel pour le combattre de savoir le définir dans un premier temps. Nous invitons donc tous, militants, militantes, curieux et curieuses à venir débattre et proposer des solutions concrètes pour lutter contre la peste brune.
Débat Samedi 26 Mars 
17H Mille Babords 
Marseille


si vous ne pouvez pas venir le livre est en vente en ligne :

dimanche 13 mars 2011

Solidarité avec les grévistes de la SNCM

Le jeudi 10 mars une armada  policière et militaire a pris d'assaut le port de Marseille bloqué par les grévistes de la Société Nationale Maritime Corse Méditerranée (SNCM). Après avoir parié en vain sur le pourrissement, l'État joue la carte de la répression à grand spectacle : le GIGN, des gendarmes, 6 compagnies de CRS, un hélicoptère militaire pour 14 grévistes interpellés.

Les salariés de la SNCM sont en grève depuis le 31 janvier contre la diminution du nombre des rotations entre Nice et la Corse, et le non-remplacement du navire à grande vitesse Liamone.  Privatisée en 2005, la compagnie qui appartient à 66% à Veolia et à 25% à l'État, cherche à faire un maximum de profit en sacrifiant l'emploi et la qualité du service. Une fois de plus, il est démontré que la délégation d'un service public aux entreprises privés se fait toujours au détriment des salariés et des usagers.

En utilisant la force contre les salariés en lutte, l'État espère casser le mouvement. C'est raté ! Le lendemain de l'agression, les marins de la SNCM ont reconduit la grève et les navires restent à quai.

Alternative Libertaire dénonce la répression qui frappe les marins de la SNCM, qui illustre la criminalisation croissante des mouvements sociaux.

Alternative Libertaire est solidaire des salariés de la SNCM qui lutte pour la préservation de l'emploi et contre la casse du service public de transport maritime.

Alternative Libertaire Marseille, le 13 mars 2011.

mardi 8 mars 2011

Femmes du monde entier… renversons tout !

En Tunisie, en Égypte, en Libye, en Jordanie, au Yémen, en Iran et dans bien d’autres pays, les populations se soulèvent pour mettre à bas les régimes autoritaires et pour obtenir la justice sociale.
Les réalités sont très différentes selon les pays mais partout, les femmes jouent un rôle essentiel dans ces mouvements. Et c’est tant mieux car il n’y aura pas de révolution sans destruction de toutes les oppressions et donc du système patriarcal.

mardi 22 février 2011

Tunisie, Égypte, Libye,…. De la révolte à la révolution.

Tunisie, Égypte, Libye,…. De la révolte à la révolution.

Communiqué d’Alternative Libertaire

Après Ben Ali et Moubarak, d’autres dictateurs sont menacés par la rue et commencent à craindre pour leur place. Au Yémen, au Bahreïn, en Libye, en Iran, etc. des salarié-e-s, des travailleurs et travailleuses privé-e-s d’emploi, des étudiant-e-s, descendent dans la rue pour chasser les tyrans.
En Tunisie même, alors que les médias présentent la révolution comme terminée, des manifestations ont lieu pour exiger le départ du gouvernement majoritairement issu du parti de Ben Ali et les travailleurs et travailleuses de nombreuses entreprises se mettent en grève pour obtenir la satisfaction immédiate de revendications sociales.
En Égypte, les revendications politiques laissent la place à des exigences
sociales : les 24 000 salarié-e-s de laprincipale usine du pays ont ainsi obtenu par la grève une hausse de salaire de 25%, démontrant que la lutte du peuple égyptien n’a pas seulement pour but le remplacement d’un « pharaon », mais la fin du système politique, économique, et social qui s’appuie sur la dictature.
Face à cette révolte, la réaction est brutale : quand le régime se sent menacé, les forces de répression tirent sur les manifestant-e-s.
rcenaires aux ordres de Kadhafi massacrent par centaines les manifestant-e-s, ce qui n’empêche pas ces dernier-e-s de prendre le contrôle de villes importantes comme Benghazi et Al-Baïda.

lundi 14 février 2011

Tunisie, Égypte… À qui le tour ?

Face à des régimes autoritaires qui se nourrissent de la misère de la population et entretiennent la corruption, les peuples arabes se soulèvent pour balayer les dictateurs mais aussi pour réclamer  la justice sociale et se débarrasser des exploiteurs capitalistes qui s’enrichissent depuis trop longtemps sur leur dos.

Moubarak, la fuite à Charm el-Cheikh